Historique

Depuis les débuts de la "Fanfare Saint André"

En 1904,  un groupe de compagnons, amateurs de musique, ayant formé un orchestre chez Samyn, au café du canonnier, décident un jour, vu le succès qu’ils remportent, de créer une société musicale qui prend le nom du saint patron de la paroisse elle-même nouvellement créée.

L’équipe de fondation comprend: G.Samyn, premier directeur, Désiré Dessein, secrétaire, Arsène Meersdom, trésorier, ainsi que Paul Béghin, Arthur Meersdom, Henri Deribreux, Gustave Parmentier, Léon Dehouck, Léon Declercq, Henri Dewilde.  Clovis Fourez est nommé premier président.  Initiative audacieuse, au vu des difficultés financières et du problème de recrutement dans ce hameau isolé; la société ne néglige pas pour autant certaines coutumes: présentation des vœux de Nouvel An au président et réunion au local la veille à 22 heures pour commencer joyeusement l’année en musique. Coutume qui est encore en vigueur aujourd’hui, avec organisation d’un réveillon. Le premier succès remonte à 1911, lors dune exposition à Roubaix, où Gustave Samyn remporte le prix du chef.

Après l’éclipse de 1914, quelques courageux se remettent au travail et sont comblés lorsqu’en 1937, les capacités musicales de la Fanfare Saint-André sont enfin reconnues lors du Concours de Thielt où elle se classe en 2ème division. 

De tous temps, la société a pris part aux festivités franco-belges des Bizet (belge et français).

Après la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle la fanfare perd malheureusement 5 musiciens, tous bugles, elle se présente au Concours Provincial à Menin en 1947 où elle se maintient en 2ème division. En 1951, une batterie avec tambours et clairons, dirigée par Mr Julien Redant, vient grossir les rangs. En 1952, les musiciens inaugurent leur nouvel uniforme: veste brune, pantalon kaki, képi brun et kaki, chemise blanche et cravate noir. Il est vrai que depuis la dernière guerre la fanfare n’avait pour tout uniforme qu’un béret. Jusqu’en 1960, aucune femme n’est entrée comme musicienne dans la société.  En 1963, Jean Liefooghe prend la succession de Mr Baudrez.  Une manifestation enthousiaste de sympathie est organisée pour celui-ci en l’honneur de ses 28 années de direction.  Un an plus tard, la fanfare participe au concours de marche de St Pol-sur-Mer (France) où elle décroche un 1er prix.  Elle fête cette année là (1964) son 60ème anniversaire.

En 1966, elle crée sa propre école de musique, avec comme premier professeur Daniel Desaver.  En 1968, la société adopte un nouvel uniforme bleu nuit et s’adjoint en 1970 un groupe de majorettes.

En 1974, Odile DELEU est nommé président, et Michel Verslype secrétaire.  La société fête son 75ème anniversaire en 1979 avec l’organisation d’un festival de musique. Cette année également, Didier Vandeskelde forme une chorale appelée Cercle Vocal Bizétois et devient son directeur.

En août 1981, la société change de local et s’installe  » A la Fanfare » rue du Touquet. En 1982, sous l’impulsion de son sous-chef, la société décide de se lancer dans le show parade et obtient un franc succès à Digne (Fr) au festival international de la lavande.

En 1986, Jean Liefooghe dirige sa dernière Ste Cécile du Bizet et est remplacé par le sous-chef Didier Vandeskelde le 1er janvier 1987.

Dès 1992, la fanfare St André prend le nom de Fasam Orchestra (de FAnfare SAndré et Majorettes) et se spécialise en marching band  et show parade. Elle connaît une bonne renommée elle se produit bien loin hors nos frontières, particulièrement en France mais aussi en Allemagne.

La présidence est assurée par Didier VANDESKELDE qui a succédé à Odile DELEU en 1999.

Merci à Michel De Witte pour les vidéos suivantes...